Paris.fr
Accueil

Pauses méridiennes

Point réglementaire et administratif 

Pour inscrire votre enfant à la cantine, vous devez en informer la directrice de l’école, qui gère également la facturation.

Le taux d’encadrement pour les cantines, appelées aussi pauses méridiennes, est de 1 animateur pour 18 enfants


L’organisation et la pédagogie de l’équipe d’animation

La pédagogie de l’équipe

Le temps du déjeuner est un moment de vie très important car on y mange, on y joue, on y retrouve ses amis, on échange, on parle de sa journée ou bien de sujets plus personnels, …

Une vigilance particulière est de mise sur :

-l’hygiène (lavage des mains au savon avant de manger)

-la canalisation de la tension du matin. L’enfant doit pouvoir se restaurer ou s’amuser dans une ambiance séreine et détendue.

-le rôle de stimulation de découverte du goût de la part des animateurs. Pour cela, nous devons informer l’enfant et l’inviter à goûter tous les aliments afin de se faire sa propre opinion.

-le rôle de surveillance. L’animateur est attentif au fait qu’aucun enfant ne reste le ventre vide ou ne se « gave » d’un aliment en particulier, au détriment des autres plats. Les proportions doivent rester raisonnables.

L’organisation de l’équipe 

A 11h30, les enfants sont descendus au rez-de-chaussée de l’école par leurs enseignants. Les enseignants dirigent vers la sortie les enfants ne déjeunant pas à la cantine et dans la cour les enfants déjeunant à la cantine.

Les enfants sont alors pris en charge par l’équipe d’animation.

Afin que la surveillance soit la plus efficace possible, les animateurs sont répartis équitablement et de façon hebdomadaire en deux groupes :

-Dès 11h30, les animateurs du 1° service commencent par surveiller le réfectoire puis ils sont de surveillance de cour de 12h25.

-Dès 11h30, les animateurs du 2° service commencent par surveiller la cour puis sont de surveillance de réfectoire à partir de 12h25

Pour éviter toute déperdition d’informations, les soins médicaux sont systématiquement donnés et notés par la même personne. En cas de doute, nous n’hésitons pas à contacter le SAMU afin d’obtenir l’avis d’un médecin régulateur.

Les points clés surveillés dans la cour sont les sanitaires (deux animateurs par service ont pour mission d’y rester à proximité), les portes d’accès aux étages et le tapis vert devant le mur d’escalade.

Les points clés surveillés dans le réfectoire sont le long de la file d’attente (afin que les enfants n’y entrent pas en courant, ne se doublent pas et ne chahutent pas), la fin du self (afin de vérifier que les enfants aient pris tout ce qui leur est proposé… même ce les aliments qu’ils n’apprécient pas :)) et la desserte des plateaux (afin de surveiller que les enfants aient suffisamment mangé pour tenir le reste de la journée)

En cas de météo défavorable, tous les enfants sont rassemblés dans le préau puis, pour désengorger ce lieu, répartis dans des salles disponibles où des activités leur sont proposées

En fin de service, entre 13h20 et 13h30 :

-L’animateur désigné au poste de Soins transmet aux différents enseignants les informations importantes (blessures, douleurs, famille contactée, enfant récupéré par ses parents, …)

-En tant que R.E.V., je réunis toute l’équipe d’animation et note tous les incidents s’étant déroulés sur ce temps et en informe les parents via les carnets de liaison en cas de manquements graves aux règles de vie (violences par exemple)

 

Les règles pour bien vivre ensemble 

 Durant tout le mois de septembre, de manière hebdomadaire et par niveaux, les enfants ont été sensibilisés à la Charte mise en place pour le respect de tous.

charte-2018-2019

Lors de ces moments d’échanges et de partage, les enfants ont donc été informés des règles à suivre mais aussi des sanctions qu’ils encourraient.

La 1° de toutes les règles étant : « En cas de problème, tu dois immédiatement faire intervenir un adulte »

 

L’organisation du repas

Afin de vérifier que chaque enfant est bien allé manger, les demi-pensionnaires doivent obligatoirement se présenter dans le préau à l’appel de leur classe. Ce passage est effectué par roulement hebdomadaire (afin que les CP ne soient pas « perdus », ils passent toute l’année scolaire en 1° position).

Une fois les mains lavées et le calme fait, les enfants sont invités, à l’appel de leur nom, à se diriger tranquillement dans le réfectoire.

Ils ont pour consigne de suivre la file d’attente, sans doubler, puis de préparer leur plateau. Ils doivent y déposer tout ce qui leur est proposé afin de ne pas avoir à se relever plusieurs fois.

Ils ont la liberté de s’asseoir où ils le souhaitent et avec qui ils le souhaitent. Une fois leur repas commencé, ils n’ont plus le droit de changer de place.

Une fois qu’ils pensent avoir fini leur repas, ils doivent aller déposer leur plateau à la laverie où un animateur leur indique si ils ont ou non suffisamment mangé.

Pour des questions d’hygiène, les enfants ne sont pas autorisés à amener de la nourriture dans la cour

 

L’organisation du temps libre

Dans la cour :

Depuis la rentrée de septembre 2019 , l’organisation de la cour de récréation a été modifiée afin de faciliter les jeux de chacun en toute sécurité

c0f15e4130944c9abe3eed7a102cd77a-0

Les enfants ont la liberté de jouer à tout ce qu’ils veulent hormis les jeux brutaux (catch, jeux de bagarre, judo, …)

Suite à des vols et des dégradations, l’équipe d’animation du Centre de Loisirs ne prête plus son matériel.

Les enfants peuvent donc apporter leurs propres jeux à condition qu’ils ne soient pas dangereux (pas de balles ni de ballons durs, pas de toupies en métal) et qu’ils ne soient pas source de conflits. Ces jeux sont sous leur entière responsabilité.

Les activités sur le temps de la cantine

(débutent la semaine du 30 septembre 2019) :

Les enfants ont la possibilité de participer à des activités encadrées par des animateurs.

Il y a un 1° passage à 11h45 et un 2° passage à 12h45.

Elles sont mixtes, sur la base du volontariat et limitées à 18 enfants.

Elles changent de façon hebdomadaire afin de respecter les goûts et les envies du maximum d’enfants.

Les enfants en sont tenus informés par voie d’affichage (à côté du menu sur la porte menant au préau) et par voir orale au moment de l’appel pour ceux qui n’ont pas encore la maîtrise de la lecture.

Pour y participer, il leur suffit de se présenter auprès des animateurs concernés qui les inscrivent sur un tableau photographié quotidiennement afin de voir les enfants les plus demandeurs et laisser ainsi la priorité aux enfants les moins demandeurs

Après 1 année d’interruption, les enfants pourront de nouveau participer avec enthousiasme à l’élaboration d’articles pour ce blog

activites-cantines-t1

La Bibliothèque Centre de Documentation

(ouvre ses portes la semaine du 30 septembre 2019)

Tout comme les autres activités, la BCD est encadrée par une animatrice de la Ville de Paris, Sayuri, spécialement formée dans les ateliers autour du livre et de la littérature jeunesse.

Il y a un 1° passage à 11h45 et un 2°passage à 12h45. Le lundi est réservé exclusivement aux CP afin qu’ils s’approprient ce lieu sans être inquiets par la présence d’enfants plus âgés

Les inscriptions sont les mêmes que pour les activités. Il suffit aux enfants de se présenter à Sayuri qui validera leur présence en les inscrivant sur un tableau

Lors de cet atelier, les enfants ont le choix entre :

-Ecouter des histoires, des albums Jeunesse, des romans et des contes

-Lire en autonomie

-Préparer des exposés (pour leur classe ou pour leur plaisir) ou préparer des planches destinées à être exposées

-Emprunter des ouvrages trop longs à lire sur place

-S’inspirer des textes et illustrations des ouvrages, s’aider des fiches « J’apprends à dessiner »

-Ateliers d’expression libre : origamis, activités artistiques, …

Afin de les rendre autonomes dans leurs activités, les enfants ont à leur disposition en BCD, des casiers dans lesquels ils peuvent ranger leurs œuvres inachevées, leur offrant ainsi la possibilité de les finaliser à leur rythme.

Le Grand Jeu sur le Vivre Ensemble

Tout comme l’année passée, les enfants seront de nouveau sensibilisés au concept du Vivre Ensemble via une campagne d’affichage puis une campagne de devinettes.

resolution-de-conflits-_2_

informer-signaler-vs-rapporter-balancer-poukav-1apprivoiser-les-ecrans10-conseils-contre-le-harcelement-2

 

Ils pourront également présenter des sketchs de façon hebdomadaire sur la thématique de leur choix (harcèlement, violences, internet, …)

 

Que se passe-t-il quand un enfant fait une bêtise ?

 

1° étape :

Les sanctions ne sont données que si l’enfant a été dûment informé des règles mises en place. Ceci implique qu’il soit également averti des sanctions encourues. Une sanction n’est jamais donnée à la première réprimande, à moins que le comportement incriminé ait véritablement nuit à la sécurité physique ou morale d’autrui. L’enfant doit savoir qu’il n’est pas quelqu’un de peu aimable pour autant : la sanction s’applique au comportement d’un individu, non à sa personne. Elle ne remet pas en cause sa valeur individuelle. L’enfant doit être rassuré à ce sujet. Si l’enfant s’applique à bien respecter les règles de vie, l’animateur encourage l’enfant en le félicitant, en lui envoyant des signes de reconnaissance.

Cette phase d’information, de sensibilisation a lieu de façon hebdomadaire par niveaux durant tout le mois de septembre. Tous les enfants fréquentant la cantine ont participé à cette phase

2° étape :

Avec l’appui de la charte, l’enfant  explique la règle qu’il a transgressée, explique les sanctions qu’il encourt s’il récidive et répare son erreur.

La réparation sert à faire prendre conscience qu’il y a eu un dommage et que ce n’est pas rien, ni pas grave de pousser, taper ou insulter un camarade. Cela aide la victime à se sentir reconnue dans sa peine, sa peur, sa tristesse ou sa souffrance. Cela aide l’auteur à se sentir réhabilité.

3° étape :

L’enfant perd un droit, de préférence en lien avec sa transgression : sur un banc de 5 à 10 mn pour réfléchir à la raison de son acte, n’utilise pas de balle pendant une durée limitée, ne peut pas participer aux activités de son choix pendant une durée limitée, ne joue pas avec son « complice » pendant une durée limitée, …

4° étape :

L’enfant participe à un Travail d’Intérêt Général en lien avec sa transgression : aide les plus jeunes au réfectoire (plateau, service d’eau, viande à découper, …), range les manteaux qui traînent par terre, devient arbitre impartial aux jeux des plus jeunes, accompagne un animateur et devient médiateur dans la résolution de conflits, …

5° étape :

Aidé par un animateur, l’enfant écrit une fiche de réflexion (15mn) ou dessine sa bêtise pour les plus jeunes

6° étape :

Un rendez-vous est demandé avec les familles avec signature conjointe d’un « contrat moral »

7° étape :

Intervention de la Circonscription des Affaires Scolaires et de la Petite Enfance